Après avoir échoué au tournoi interne du club (4eme) et raté le ticket offert (pris par Jérémy), c’est par un ticket tremplin classique que j’obtiens ma place pour l’étape live de Saint Brieuc. Ma deuxième étape après celle de Paris (gagné sur tremplin puis par le gain du tournoi du jeudi).
nota : je le mets là pour que Miguel ne me fasse pas la remarque que j’ai encore oublié de le mentionner.

Levé très tôt ce samedi 9 novembre, je rejoins (réveille) des copains du TPC eux aussi qualifiés dans un merveilleux petit hôtel de Quemperven, dans la campagne lannionnaise. Direction Saint-Brieuc pour y rejoindre d’autres partenaires de club ainsi que des connaissances de l’autre club de Lannion, dont Pat, qui finira 4ème.


Et moi ? Ma journée poker ?

table saint brieuc

Bof, pas grand chose à raconter, désert total. Ah si : au deuxième niveau, un joueur mourant pousse ses 2050 derniers jetons préflop. J’ouvre (enfin puis-je dire) QhQs qui tiennent face à son AcJh. Je suis donc celui qui a sorti le premier joueur, et espère surtout être celui qui sortira le dernier. Là je me dis que bon, même si je ne m’amuse pas, au moins je suis bien en stack. En attendant.

Plus loin, après quelques relances, quelques continuation bet, je suis au cut-off. J’ouvre KdJh. Sur des blinds 300 / 600, j’ai 17300 de stack. Je mise 1350. Payé rapidement par la petite blind uniquement qui me couvre. Il dispose d’environ 35000.
Le flop montre AdQcJc. Il checke, je fais un continuation bet à 1850 (environ la moitié du pot). Il hésite un peu et paye assez sereinement. La turn : 7s. C’est à dire rien. Il hésite un peu et check. Là, je me dis que si je mise encore un demi-pot avec ma troisième paire, je suis commit et m’enfère dans un coup perdant (s’il fait tapis je suis obligé de coucher). Si je checke aussi dans l’espoir d’un Tx magique (et si possible pas le Tc), je montre beaucoup trop de faiblesse et lui ouvre un éventuel tirage trèfle. J’ai du mal à lire mon adversaire mais je le sens plutôt serein et concentré, avec une belle main faite au flop mais pas nutsée. Je me dis donc qu’il aura du mal à jouer un gros tiers ou la moitié de son stack restant sur ce flop et cette turn. Je décide donc d’envoyer mon tapis pour lui mettre tout de suite une énorme pression. Il grimace un peu. C’est assez bon signe. Avec ma troisième paire et mon tirage quinte ventrale inespéré, je n’en mène pas large. S’il paye, je suis dehors. Il compte mon tapis, le pot, ses jetons, mon tapis, ses jetons, le pot, il hésite. Il prend la somme demandée dans sa main, s’apprête à la jeter sur la table pour me payer mais se retient. Mon voisin de gauche, assis entre nous deux, demande (enfin) le Time, il ne reste donc plus qu’une minute à mon adversaire pour se décider. Après une trentaine de secondes encore, il décide de passer. Je prends les jetons en posant mes deux cartes bien en évidence face ouverte en espérant que les cartes suivantes m’aideront à aller chercher son stack restant en cas de tilt. Et le vois blêmir. il se rattrape en disant J’ai bien foldé, alors que Jérémy (copain du TPC aussi à ma table) lui dit qu’en effet, il n’a pas touché son trèfle au turn. Mais je le vois faire des non avec sa tête en regardant mon stack puis, moins d’un tour après, partir en tilt avec 6x6x à tapis UTG. Payé, et parti. Je pense sincèrement qu’il avait un as mal kické et qu’il me voyait soit sur la quinte flopée, soit sur un meilleur as donc éventuellement aussi une double paire au flop.

Je me sens alors bien, relancé, et prêt à en découdre. Mais les cartes me lâchent et je ne vois rien, pas une premium, pas une petite paire. Rien. Je mise avec As9s en milieu de parole et suis envoyé à tapis par un gros stack qui touche tout. Je folde donc. Main suivante, dans une structure très rapide, on est en blind 1250 / 2500, j’envoie mes 13 BB en milieu de parole avec As9d et suis payé instantanément par le même gros stack. Deuxième Ax9x d’affilée, une main à historique entre moi et Seb ! Ax9x ça gagne ! Répète Seb à l’envie, surtout depuis mon passage à Brest, où j’en ai passé 4 ou 5. Bon, quand on en appelle à la superstition, c’est que la situation devient critique. Je m’attends donc à un meilleur As ou une paire que j’espère sous le 9. Mais le vilain me montre KxQx ! Je suis un peu surpris, même si on est dans un freeroll winamax. Mon voisin de droite annonce avoir grillé un Kx puis un autre joueur une Qx. Un petit flop me rassure et je souffle, mais la turn lui donne son Kx qui me sort et lui offre un pot d’environ 70000.

Plus loin, le même joueur paye instantanément un tapis 3bet avec 4x4x. Il touchera son 4x river pour empocher les 50K du malheureux avec ses TxTx, malheureux qui était à mon avis le meilleur joueur à la table depuis le matin.

Plus loin encore, il sort une très bonne joueuse en payant une relance préflop. Elle a JxJx. Le flop propose 9xxx. Elle le sait loose genre un As mal kické (on l’a vu sortir un joueur en payant un tapis avec Ax7x et touché l’As contre TxTx encore une fois). Elle check raise à tapis, il paye avec… Qx9x et touche 9x river pour faire un brelan.

Dernier coup d’éclat : il paye à 11 joueurs left donc à la bulle, un tapis de 200K alors qu’il dispose de 250K. Quelles cartes ? Le tapis JxJx. Lui ? KxJx ! Et, bien évidemment, touche son Kx turn. Il s’excuse presque en disant être obligé, le directeur du tournoi lui glissera que non, il n’était pas obligé…

Bref, vous allez dire que je m’acharne avec condescendance sur ce joueur au demeurant sympathique qui, arrivé en tête à la table finale, en sortira 8ème avec un mot fort juste : la chance est partie. Il confortera alors ma remarque glissée au TD : c’est quand même dommage de chatter toute la journée pour déchatter en TF… Il aura beaucoup appris de cette journée live. C’est bien là l’essentiel, même si j’aurais personnellement aimé ne pas être partie prenante de son formidable rush qui lui laissera probablement de beaux souvenirs de cette étape live. C’est aussi, il me semble, le principe de ce tour Winamax.

Anecdotique : je sors 4ème du Sit n Go consolante en payant un 3 bet shove avec JdJh. Il touchera son Kx qui complètera sa main à tapis… KxQx. Ironie du sort. Bon, c’était Arnaud, du TPC, et, conscient du coup un peu loose pour filer au match au Roudourou, m’offrira son ticket gagné de la sorte (2ème) malgré les gémissements capricieux de Seb. Merci à lui (Arnaud, pas Seb).

Merci aussi à toute l’équipe : Christelle, Antonia, Seb, Miguel, Jérémy, Pat notamment, les copains de Brest, bref ceux avec qui j’ai passé une excellente journée, notamment l’équipe Winamax présente à Saint Brieuc, Yuku, Antoine, Guillaume et bien sûr Kinshu(*) et son délicieux coverage.

Visiblement, ils ont eux aussi apprécié notre présence parfois un peu lourde (ces gamins sont intenables…) si on peut en croire les derniers mots de Kinshu pour ce premier jour : Quel plaisir de retrouver les étapes régionales du Winamax Poker Tour ! Une ambiance chaleureuse, des éclats de rire, des échanges amicaux et de la bière coulant à flots sont venus agrémenter cette épreuve individuelle de Saint-Brieuc où 112 joueurs ont pris le départ ce matin à 10 heures.

Tout le plaisir fut pour nous, comme l’atteste cette photo un peu floue, mais finalement assez représentative de la fin de soirée qui se finira autour d’une table de poker, arrosée de bière et de ti punch, dans le délicieux petit hôtel de Quemperven, à peu près 24 heures après m’être levé. Et, enfin, par une victoire (histoire s’endormir plein de rêves en tête).

equipesaintbrieuc

(*) Photo, écriture, ce Kinshu a un boulot qui fait rêver…

samedi 9 novembre 2013, de : à :
Evénements
Carte