Dimanche matin, tôt. Trop tôt. Un gros déménagement et une journée de championnat de tennis de table dans les jambes, les bras, le dos la veille, en route pour Saint Renan afin de disputer la Fire Cup, jour 1.
Nous sommes 3 du TPC : Jeff, Irisb et moi-même.

L’asso, le lieu.

Bon autant vous le dire, j’ai adoré. Le lieu, un bar alternatif (L’Odyssée), des affiches antifaf, anti Notre Dame des Landes, de quoi me rappeler mes années militantes à Paris 19ème 20ème.

Mick, le président de l’asso de poker qui nous reçoit, commence à raconter l’état d’esprit de son club. En fait c’est ultra raccord avec le lieu : les bénef de la cup (on a mangé des pizzas et il marge un peu dessus) vont pour aider des personnes dans le besoin (sans abris, mal logés, sans papiers)*. Par exemple, dans 15 jours ils font un tournoi caritatif dont le buy-in est… du chocolat qui sera offert aux enfants défavorisés. Vraiment un super état d’esprit, et un petit îlot de générosité fort appréciable alors que se jouait en face, dans la mairie, une toute autre partie de poker menteur.

Et niveau poker ?

Le principe est simple : 5 journées, 8 qualifiés par journée, avec un stack total de 160K partagé entre les participants du jour, ce afin que, quelque soit le nombre de joueurs inscrits à chaque journée, on a 8 joueurs qualifiés avec un average de 20K. Vraiment une super idée.

Nous étions 17 pour ce premier jour. 17 seulement en raison du CRPO dans le finistère et des BH Series. Et surtout, la concurrence d’un dimanche printanier. Bref, peu de joueurs, et donc très très deep pour un premier niveau à 5/10. Pas grand grand chose à raconter pour ma part tant il y a eu de mains, sinon une grosse erreur : je ne fais que payer river une quinte max forcément nutsée sur une relance (quinte inférieure). Je m’en suis beaucoup voulu. Un tapis aurait peut-être été payé. J’ai par ailleurs eu beaucoup de mal à jouer surtout contre un joueur qui entrait dans absolument tout et qui a surtout touché plus que décemment (2 carrés dans la journée). Je me suis promis de trouver le moyen de le piéger à un moment, mais jamais l’opportunité ne venait (notamment sur un trois barrel qu’il paye jusqu’au bout alors que je touche une invisible paire max river mais qui ne tient pas contre deux improbables paires flopées). Une autre fois je fais une très bonne lecture en payant 3ème paire sur un joueur mais le même vilain avait touché la deuxième paire. Bref, de quoi se sentir, au bout de plusieurs heures, passablement agacé. L’ambiance était géniale, on a bien rigolé, mais bon, à un moment, la bulle approchant, les bad ne font plus trop marrer… Perdre 20 blinds quand on en a 600 ça passe, c’est tout de suite moins fun quand on n’en a plus que 30. Non ?

Bref, les joueurs sortent, un à un. A 11 left, je 3 bet à tapis (et 8 blinds) avec Ax9x. Le relanceur paye avec AxQx et me couvre. Et merde, tout ça pour ça… Mais le flop m’offre un 9x qui tient turn et river, et me permet de doubler. J’en suis ravi de passer ce 30/70, j’ai une pensée pour Nico (mon coach attitré en 30/70 depuis Redon) même si … bon…. je n’en mène pas large.

Quelques mains plus tard, c’est la bulle. La journée se joue sur des tapis assez shorts à notre table. Jeff survole l’autre table, mais il faut dire qu’il a commencé la journée en flopant KhJhTh avec …. AhQh en main, puis sorti un première joueuse en flopant 7x7x5x avec 5x5x en main et pour la côte… alors que son adversaire tient jusqu’au tapis sa paire KxKx. Intouchable donc. Irisb s’en sort pas mal aussi, malgré quelques sales coups bien pris. De fait, nous sommes à une place du tir groupé : finir les 3 du TPC dans les 8 qualifiés.

Mais je suis short… très short… dans un désert total. Je survis en 3-bet AhQh à tapis (c’est une main gagnante il parait) mais mon adversaire folde et me permet de monter un petit stack un peu plus élevé que celui du fameux payeur. Deux ou trois mains plus tard, j’ouvre AxJx. Je fais tapis. Il me paye ! Qui ? celui que je voulais piéger depuis le matin !  Nos stacks sont quasi équivalents. Bon, je suis assez serein quand même, je l’ai vu payer assez léger dans la journée, même si il n’a pas joué depuis un moment. Il dévoile… AxQx. L’autre table se lève pour assister à cet abattage qui sera soit le dernier (si je gagne), soit presque le dernier, tant je serai short derrière (à peine 2 blinds). Le tournoi se joue sur ce deuxième 30/70 à passer d’affilée. Ce qui ne m’est jamais arrivé.

Ou plutôt, qui ne m’était jamais arrivé avant de voir les deux premières cartes du flop sortir un Ax puis… Jx qui achèvera une bien belle journée de poker, sur un coup contre un adversaire que je voulais avoir et qui, ironie du sort, subira le pire des bads : celui éliminatoire à la bulle.

J’atteins alors un stack de 14300, mon plus haut de la journée et finalement celui qui m’accompagnera à la finale de la cup, en compagnie (au moins) d’Irisb (13400) et de Jeff (41K, soit le double du 2nd…).

 Et maintenant ?

Maintenant, attendre tranquillement la finale (en juin) ou revenir à l’une des étapes afin d’accumuler des jetons (en finissant à nouveau dans les 8). Ou revenir pour l’asso, pour apporter sa petite pierre au beau travail de solidarité entrepris par Mick et son équipe, et, en fin de compte, passer un vrai super moment.

 

Retrouvez le poker club Saint-Renan sur facebook.

 * Correctif apporté le 31/03/2014  par le Poker Club Saint-Renan : « La seule petite erreur, c’est pour cet événement, on ne prend aucune marge sur les repas puisque les bénefs des repas du midi sont directement reversés dans le prize pour la finale.
Hier nous étions 17 participants, nous avons donc reversé 102 euros pour le prize de la finale« . Bon du coup je me demande comment l’asso gagne un peu, peut-être à la buvette. Mais ça fait assez peu quand même. Ou alors il faudra être beaucoup plus nombreux au deuxième tour, dans un mois, le 27 avril !

 

dimanche 30 mars 2014, de : à :
Evénements Fire Cup Saint-Renan
Saint RenanCarte