WinaSeries 1 de janvier 2018 – Le presque one time

Alors que les Winaseries d’avril arrivent, il me semblait intéressant de revenir sur un tournoi joué en janvier. Un tournoi particulier puisqu’il s’agit du WS1 – Event Surprise. J’ai fini 34ème de cet event pour 18845 entrées. J’ai donc eu la sensation de passer à côté d’un fantastique OneTime.

Quand, autour de moi, j’ai fait part de cette performance et de mes sentiments, il m’a souvent été rétorqué que pour deeprun ce genre de tournoi, il faut avoir beaucoup de chance. J’apporterais une nuance : il faut surtout prendre les bonnes décisions dans les instants importants et profiter de set up favorables ainsi que de sympathiques livraisons. Et, bien sûr, garder son avantage quand on part devant. Et avoir un peu de chance aussi, malgré tout. Oui, d’accord, il faut de la chance.

Plutôt que pérorer sur cette notion, j’ai opté pour le fait d’établir un listing des mains importantes ou charnières de mon tournoi, c’est à dire les mains qui ont eu une importance majeure sur mon stack ou celles qui m’ont posé des soucis.

Il s’agit d’un tournoi bounty mais, de mémoire, je n’ai pas eu de décisions liées au montant du bounty, ni pu induire des call light sur ce critère. On peut donc considérer mes mains comme celles d’un tournoi standard.

nota : les replayers sont en iframe, il ne s’agit donc pas de liens. Il faut les laisser se charger. Aussi je conseille de regarder cela sur pc (ou mac) avec une connexion décente.


MAIN 32

Après un départ calamiteux, je décide d’opter pour un 3bet en position et jouer mon tournoi si je touche au flop. Payé deux fois, je décide de cbet vraiment pas cher compte tenu des stacks. Quand je suis payé, je vois l’adversaire sur 33 ou peut-être l’as de pique avec éventuellement un 5 ou un 3. Quand il check sur la turn, je check back pour le laisser bluffer sur un tirage manqué river et peut-être herocall. ou call sur un pique. Le pique entrant, il fait tapis. Je paye instantanément car il n’a aucune value à shove s’il a l’As de pique, et ne peut être payé que par l’As de pique qui est clairement dans ma range. Donc mon valet est toujours devant.


 MAIN 39

Je paye la relance en position puis le 3bet dans un pot 3way. Top paire, je paye une fois. il peut cbet Ax avec l’As de trèfle notamment. La doublante du 7 m’arrange. Il se commit turn donc je pars à tapis et il paye JJ sans trèfle. Voilà typiquement le genre de livraison dont on veut profiter.


  MAIN 50

Je relance standard au bouton, payé deux fois. Je cbet sur l’As en value sur tout autre As ou tirage flush. Doublante du 2 qui fait entrer deux flush draw, parfait pour value à nouveau. Le tapis de mon adversaire me fait hésiter mais un 2 est improbable et il peut resteal avec un as ou en semibluff sur un tirage flush.


 MAIN 90

Là c’est pour montrer à nouveau le genre de livraison dont on peut profiter. Il faut encore que ça tienne, mais on est content de voir une main qui ne nous crush pas.


 MAIN 108

Défense standard hors de position contre un gros stack qui open au bouton. On peut 3bet en value. Ici je check pour le laisser se value cut sur un 8 par exemple ou hauteur As. Je prends le lead sur le valet, espérant faire suivre un 8 ou un 6. Je ne représente rien. La doublante du J est parfait pour value river sur un 8.


  MAIN 125

Un bon petit pot bien sympa, là encore il faut que ça tienne…


 MAIN 148

Encore une fois, on punit un resteal bien ambitieux. Et encore une fois, on n’est pas serein jusqu’à la fin de l’abattage.


 MAIN 152

Cette main est la plus marquante du tournoi. J’ai 70 bb. J’ouvre 66. Payé deux fois. Et là, flop magique : je fais le deuxième brelan, il y a un As, un tirage flush, et un tirage quinte. Je suis très bien, j’ai le deuxième stack de la table et nous sommes très au dessus de la moyenne. Le ship de la table est dans le coup. J’espère qu’il a en main l’un des tirage ou un As. Le Shipleader prend le lead assez cher. Je le vois donc effectivement sur l’un des tirages ou avec un bel As. Je décide de raise tout de suite pour créer un pot qui sera au pire size bet river, bref, que tout parte. Je suis très surpris de le voir shove, sinon avec un tirage flush ou deux paires. Pas les As puisqu’il n’a pas relancé en 3 way préflop. Il shove donc directement montre la meilleure des mains pour moi : 44. il n’a qu’un out. Bon, ça tient.


 MAIN 155

Trois mains plus tard, le même pousse dix blindes, je paye 77 et joue un flip. Ca prend encore.


  MAIN 188

J’ai une main belle à 3bet mais sur une relance utg je préfère juste payer. Encore un flop magique. Lorsque le premier relanceur cbet, il suffit de payer puisqu’il ira à tapis turn de toute façon, même en bluff. Je paye juste en espérant voir le bouton continuer avec une éventuelle équité flush ou un J. Il passe, et je réponds au tapis sur une turn qui me laisse bien serein.


 MAIN 282

Cette main fut aussi importante pour mon stack. Le bouton limp, je décide de raise avec AJ ne serait-ce que pour sortir la big blinde du coup. On est trois dans le coup, j’ai tirage quinte ventrale. Je décide de check, tout le monde fait de même. Je delay cbet sur le J qui ouvre les quintes et la flush. Je suis payé par la grosse blind qui doit donc être sur tirage puisqu’il ne cherche à rien protéger. J’opte pour un check call. Quand il bet pot river et me demande ainsi la moitié de mon stack, je paye car je ne le vois absolument pas sur la dame mais sur un tirage raté. En effet. La line est bancale, hors de position, mais ça a payé. Je m’en sors bien.


  MAIN 287

Un coup où je pars derrière à tapis et 10 blindes et finis devant : le seul vrai coup qui se passe ainsi.


 MAIN 376

Il y a eu ensuite des 80/20 et des resteal de ce type. en fait, beaucoup de resteal Ax ou Kx. sur des joueurs qui ouvraient trop souvent. Cela a été le lot de plusieurs heures de tournoi.


 Dernière main

Nous sommes donc 34. J’ouvre AKhh et 15bb. Pas trop de move possible, sinon un raise call car avec un telle ouverture, je ne suis payé que pour un coin flip ou une main qui me crush (AA ou KK). Avec un raise, je peux être resteal par plusieurs As. Peu importe, je suis bien content d’aller à tapis avec une telle main. La moyenne est à 22bb, je peux passer à 32bb. Ou sortir.

En conclusion, nous pouvons constater qu’un tel tournoi peut se jouer sur quelques sets up, quelques mains charnières, et surtout une belle série de flops favorables, une bonne exploitation des mains qu’on domine. De la chance donc aussi. Et beaucoup, beaucoup, beaucoup de patience. Car si j’ai mis là une quinzaine de mains, j’en ai joué bien plus en resteal, en cbet, en delay cbet, en bluff. Des mains qui ont fait maintenir un stack dans les périodes de désert, avec l’idée d’être le plus équilibré possible dans mes ranges.

Alors, toujours pour les autres les deep run ?

Des remarques, des questions, des suggestions, n’hésitez pas à me contacter.

mars 30, 2018